top of page
  • Photo du rédacteurOlivier Mégean

ChatGPT et l'emploi : entre inquiétudes et opportunités

Dernière mise à jour : 2 nov. 2023

Dans le domaine de l'intelligence artificielle, ChatGPT se démarque comme une innovation qui pourrait transformer en profondeur notre façon de travailler. Son impact sur le marché de l'emploi soulève de vives discussions. Les chiffres, bien qu'éloquents, révèlent des interprétations divergentes et peignent un tableau nuancé.

Tour d’horizon …



De nombreuses études sur ChatGPT et l’emploi sont publiées. Elles mettent en lumière des inquiétudes légitimes des salariés. Selon une enquête présentée en février dernier sur sortlist.fr, 26% des employeurs en France anticipent des suppressions d'emplois dues à cette technologie, et 19% des employés craignent que ChatGPT ne prenne leur place​. Aux États-Unis, une étude (conduite par des chercheurs d’OpenAI, d’Open Research et de l’université de Pennsylvanie) indique que 80% des emplois pourraient être impactés par des outils comme ChatGPT​.


Ces chiffres pourraient suggérer une menace substantielle pour l'emploi. Toutefois, il convient de creuser un peu plus. L'étude de l'Université de Pennsylvanie, révèle que pour 80% des salariés américains, une IA comme ChatGPT pourrait s'acquitter de près de 10% de leurs tâches quotidiennes​. Cela met en lumière une automatisation perçue comme partielle plutôt qu'un risque de remplacement total.


Il faut reconnaître que l'impact global de ChatGPT sur l'emploi demeure difficile à évaluer précisément, compte tenu des incohérences et des incertitudes sur l'adoption de cette technologie. Par exemple, une étude de Goldman Sachs publiée en avril dernier suggère que 25% des emplois pourraient être automatisés par des technologies comme ChatGPT, contribuant à une augmentation de 7% de la richesse mondiale grâce aux gains de productivité​.


Gardons en tête que l'ampleur réelle de cette automatisation et la rapidité d’adoption par les entreprises restent des variables floues.


Par ailleurs, l'argument selon lequel ChatGPT ne peut remplacer et automatiser qu'une petite partie du travail de bureau trouve son écho dans les données. L'accentuation de l'automatisation des tâches répétitives et fastidieuses pourrait, en effet, libérer du temps pour les employés, leur permettant de se concentrer sur des activités plus stratégiques et créatives.


Depuis l'avènement des premières machines à l'ère industrielle, la technologie a toujours été un moteur de changement, remodelant sans cesse la manière dont nous vivons et travaillons. À mon sens, ChatGPT et les IA génératives ne sont que le dernier maillon de cette chaîne d'évolution technologique. Elles s'inscrivent dans continuum visant à optimiser l'efficacité du travail en général.


Il est normal que chaque avancée technologique majeure ait été accueillie avec son lot d'inquiétudes. Cependant, il est également crucial de reconnaître que la technologie a souvent ouvert la porte à de nouvelles opportunités, créant des emplois qui n'existaient pas auparavant (Schumpeter quand tu nous tiens !) et améliorant la qualité de vie de nombreuses personnes.


Au lieu de voir l'IA comme une menace, nous pourrions la percevoir comme un outil puissant qui, lorsqu'il est utilisé judicieusement, peut compléter et enrichir nos compétences humaines.


L'adoption judicieuse et éthique de ces technologies pourrait redéfinir la dynamique de l'emploi. Au lieu d'une opposition entre l'homme et la machine, nous pourrions assister à une ère où l'humain et l'IA travaillent en symbiose, chacun apportant ses forces uniques.


En fin de compte, c'est la manière dont nous choisissons d'intégrer et de guider ces technologies qui déterminera la place qu’elle prendront dans nos vies et nos emplois.

bottom of page